Bilan du Week End

L’enchainement La Coulainaise – La 77 constituait mon premier test de l’année. Quelles conclusions tirer de la succession de ces 2 cyclosportives ?
1. Je suis plutôt satisfait de ma performance à La Coulainaise. J’ai le sentiment d’être arrivé « à ma place » : avec une puissance normalisée de 265W sur plus de 4h je pense que j’ai tutoyé mes limites actuelles. L’an passé sur la même épreuve (enfin avec des parcours assez similaires) je n’avais développé que 229W. Cette progression des chiffres est parfaitement corrélée avec mes sensations sur la route. Je suis plus à l’aise quand ça roule fort et je suis plus puissant dans les côtes. La répétition des séances de Gimenez a des effets bénéfiques, je ne pensais pas pouvoir les objectiver si vite en course.
2. La récupération entre les 2 épreuves a été correcte, sans plus. J’aurais bien pris un grand bain pour me relaxer les jambes mais ça n’a pas été possible, j’ai dû me contenter d’une douche et d’étirements, puis d’une bonne nuit de 8h. Au lever les jambes sont un peu raides… Dès l’échauffement je sens que ça va le faire, à condition de ne pas chercher à monter trop en intensité.
3. La 77 : j’ai pris beaucoup de plaisir à courir sans pression. Partir tranquille en minimisant les risques de chute et sans devoir rouler à bloc pendant la première heure pour essayer de prendre le meilleur groupe possible, c’est le top ! Je me suis autorisé quelques fantaisies comme m’arrêter pisser au pied de la première côte, faire demi-tour et rallonger de quelques kilomètres pour aider un cyclo qui a chuté, m’arrêter au ravitaillement, etc. Excellente séance d’entrainement en privilégiant I2 et I3 (Endurance Sur Critique), dans le beau temps et avec une bonne ambiance. Sur la fin je suis fatigué quand même, mais dans une espèce d’euphorie, les kms défilent. Puissance normalisée : 229W, autant que La Ronde du Petit Sablé 2008 alors que j’avais fait la course à fond.
4. Lundi je ressens une grosse fatigue, aussi bien physique que mentale. Je suis au ralenti toute la journée… Mais dès mardi la récupération est correcte.
Le bilan est donc positif. Les chiffres montrent que j’ai passé un cap cette année grâce à mon plan d’entrainement « home made ». Les sacrifices de l’hiver sont récompensés…
Ces 300km en 24h devaient également me servir de base de réflexion quand à une éventuelle participation au Raid Provence Extrême fin mai. Ce qui est sûr c’est que je ne m’alignerai pas en catégorie Grand Randonneur, c’est à dire en totale autonomie… Un truc de fou ! Reste donc la catgéorie Ultra Solo, qui nécessite une assistance d’au moins 2 personnes. Je suis plutôt partant pour le RPE, mais il me reste à trouver des volontaires pour m’accompagner…

Laisser un commentaire