Méaudre

Challenge Vercors 2014

Dimanche 25 Mai
173kms – 3200D+
Environ 350 partants

Cette année le départ du Challenge Vercors est donné depuis Autrans, à quelques kms de l’hôtel. Arrivé sur place d’assez bonne heure cette fois, j’ai le temps de m’échauffer correctement avant de prendre place sur la ligne, loin derrière la tête. C’est toujours le même dilemme dans ce style de cyclo: s’échauffer et partir derrière ou camper sous la banderole et partir à froid…
La météo est beaucoup plus favorable qu’en 2013, et la participation s’en ressent: près de 400 concurrents s’alignent sur le grand parcours. Comme d’habitude, le plateau est relevé!

profil challenge vercors 2014Le départ est plus ou moins neutralisé dans la traversée du village, mais en fait de l’arrière on ne s’en rend pas bien compte. Le contre la montre pour remonter est commencé, car le Col de la Croix Perrin, 1ère difficulté démarre après seulement 3kms. Il y a juste 200m de D+ mais ça suffit pour finir de tout faire exploser. Vu que cette année le 1er “vrai” col arrive après 109kms, j’ai décidé de partir vite et de durer le plus longtemps possible: 300-320W au SRM pour accrocher un bon groupe au sommet. Dans le Vercors, il vaut mieux éviter de se retrouver seul, car il y a beaucoup de plateaux, et souvent du vent…

Juste après la petite descente, le parcours emprunte comme l’année dernière la petite route de Lans en Vercors à Villard de Lans. Bien bosselée et toujours en prise, ça passe mieux que juste avant l’arrivée comme l’année dernière, surtout que le rythme n’est pas très élevé.

Le Col d’Herbouilly (9,5km à 3,8%) est monté rapidement, et chacun en profite pour récupérer sur les replats. Le chasse neige n’est pas nécessaire cette fois, il fait 10°C de plus qu’il y a 1 an… Dans la descente on se retrouve piégés à 4 derrière à cause d’un gars qui vire comme une m…. et laisse des trous de 10m à chaque fois. Et ici les descentes sont très roulantes, avec souvent des pointes à 70km/h: mieux vaut ne pas perdre l’aspiration, ou alors il faut avoir un 53×11 et envoyer. Après une chasse de quelques kms, on finit par rentrer, avec dans notre roue le boulet qui nous a fait lâcher. J’avoue que quand il a crevé quelques kms plus loin on a eu une petite pointe de satisfaction. Il y a une justice après tout!

Le Col de Saint Alexis, un long faux plat de 14kms à 3% est monté au train, tout le monde en garde pour la suite. D’une cinquantaine au démarrage, le groupe est réduit à une vingtaine environ.

Une fois encore, on peut féliciter Sport Com’ pour le positionnement judicieux des ravitaillements: celui de Vassieux est placé au milieu d’une ligne droite de 5km en faux plat descendant. C’est sûr qu’à 50km/h il n’y a pas grand monde qui s’arrête!

courbe_srm_challenge_vercorsDans le Col de Chaud Clapier (5,5kms à 6,5%) ça embraye un peu, et c’est chacun pour soi jusqu’au sommet. Pour conserver quelques forces pour la suite, je me limite à 260-280W avec un peu de 39×29  et finalement sur le sommet tout le monde se regroupe pour basculer vers la Drôme. La longue descente est une nouvelle fois très rapide, mais tout le monde reste groupé jusqu’à Saint Jean en Royans, lieu du 2ème ravitaillement, positionné au pied de l’ascension. Mais pourquoi ils ne l’ont pas mis au sommet celui-là? Avec les assistances persos et les porteurs d’eau (!) je suis l’un des seul à m’arrêter, mais bon là il n’y avait pas le choix si je ne voulais pas terminer à sec.

L’enchainement Col de la Machine – Col de Carri est le gros morceau de la journée, avec 18kms de montée et 900D+. Cette fois c’est le moment de mettre ce qu’il reste, on dirait un peu une poursuite avec un concurrent tous les 50m essayant de rattraper celui qui le précède. A ce jeu je ne me débrouille pas trop mal, j’ai encore les 260-280W dans les jambes. Après 4h de course, c’est pas mal 😉

Le problème c’est qu’en haut je me retrouve en chasse patate derrière un groupe de 7-8 que j’aperçois parfois au loin dans la descente, mais seul impossible de rentrer. Perdu dans la pampa, je continue à avancer sans trop forcer en espérant que quelqu’un me double, mais il faut croire que les autres sont loin car ce n’est qu’après La Chapelle en Vercors que je retrouverais à nouveau des compagnons de route. 27kms tout seul, pas de vélo, quasi pas de voitures, personne, c’est loooonnnngggg. Je me sens un peu comme Jean-Claude Dusse bloqué dans son télésiège. Un grand moment de solitude à 50kms de l’arrivée!

On monte au train la bosse de Saint Julien en Vercors, au sommet je suis tout content car j’avais oublié qu’il restait les Gorges de la Bourne, un espèce de faux plat creusé dans les falaises, avec une route super cabossée. Beau paysage, mais dans le dur! La féminine qui nous accompagne (une belge qui n’a pas mangé trop de saucisses) manque de nous faire sauter en prenant de bons relais, mais on serre les dents et ça passe.

Sur le haut on rattrape un gars du petit parcours qui reste dans les roues avant de prendre des relais n’importe comment. Dans le dernier faux plat entre Méaudre et Autrans, il finira même par attaquer, sans doute pour la 300ème place. Bien joué petit, au moins ça nous a fait sourire.

5h59 pour les 171kms et 3200D+; cerise sur le gâteau:  Rodolphe Lourd ne me met que 40min (vs 1h d’habitude sur ce D+).
L’organisation Sport Com’ est toujours aussi light, mais merci cette fois aux nombreux signaleurs!
Belle journée de vélo dans le Vercors, sur un beau parcours, avec de bonnes jambes. What else?

Une réflexion sur « Challenge Vercors 2014 »

Laisser un commentaire