Compression et récupération: des preuves scientifiques?

Compression et récupération:
des preuves scientifiques?

Les chaussettes et autres vêtements de compression ont fait leur apparition dans le sport depuis quelques années, au point de devenir une véritable mode dans laquelle se sont engouffrés de nombreux équipementiers.
Certains pratiquants n’hésitent plus à investir des dizaines d’euros dans des dispositifs dont les bénéfices physiques sont plus ou moins douteux, même si les fabricants en vantent les mérites avec un marketing efficace.

X-Bionic: des chaussettes en or!
X-Bionic: des chaussettes qui valent de l’or!

Deux questions se posent alors concernant les sports d’endurance:
– Les chaussettes de compression apportent-elles un gain lors de l’effort?
– Les chaussettes de compression apportent-elles un gain lors de la récupération?

Lors de l’effort, il est maintenant communément admis que les chaussettes de compression n’augmentent pas significativement la performance du sujet qui les porte. Mais elles ne nuisent pas non plus, donc pourquoi pas si cela améliore le moral?

Lors de la récupération, les publications actuelles mettent en avant un effet réel, mais plus ou moins marqué. Un récent article propose une synthèse de 20 publications en la matière.

Introduction

Parmi les pratiques destinées à favoriser la récupération, le port de chaussettes ou de collants de compression est très répandu chez les athlètes, selon une pratique dérivée du milieu médical et initialement destinée aux patients présentant des troubles vasculaires.
Les dispositifs de compression augmentent le flux sanguin, améliorant la circulation périphérique et le retour veineux. Ils contribuent à diminuer la fatigue musculaire et améliorent l’élimination des lactates sanguins et de la créatine kinase selon certaines études (mais pas toutes…).
L’objectif de cette revue bibliographique était donc de préciser ces conclusions parfois opposées.

Méthode

Je vous passe les détails de la recherche biblio sur Medline… Les études étaient retenues si elles remplissaient les 4 conditions suivantes:
– randomisée avec groupe de contrôle, et comité de lecture pour la publication,
– les auteurs mesuraient au moins un paramètre au repos et au moins 10min après l’exercice,
– le dispositif de compression était porté avant et/ou pendant et/ou après l’effort,
– les participants de l’étude n’avaient pas de pathologie cardiovasculaire, métabolique ou musculo-squelettique.

Vingt études ont été inclues, comportant un total de 279 participants (169 hommes et 99 femmes, âge moyen 23,6±3 ans). Le profil des participants était variable (âge, taille, sexe, statut d’entrainement, type de dispositif de compression, etc).

Résultats

Effet des chaussettes de compression sur la récupération
Études investiguant l’effet des dispositifs de compression sur l’amélioration de la récupération (extrait)

Cinq études ont déterminé l’effet de chaussettes ou collants de compression après l’effort sur des sauts avec départ en position accroupie, sur des sujets masculins et féminins non entrainés. Les résultats ont été favorables dès 1h après et ce jusqu’à 96h.

Huit études sur le même profil de participants ont également conclu à un bénéfice sur la force musculaire sur la même échelle de temps.

Quinze études ont déterminé l’efficacité ressentie sur la force musculaire. Le résultat a été positif 1h après l’exercice, mais négatif ensuite jusqu’à 96h.

Discussion

Une fois les précautions d’usage invoquées (méta analyse signifie protocoles et participants hétérogènes…), les auteurs concluent que:
– l’effet de la compression sur l’élimination des lactates est au mieux limité,
– la réduction de la CK3 n’est pas démontrée,
– la LDH5 est quant à elle réduite significativement, notamment 48h après,
– la compression limite l’inflammation et les œdèmes post exercice
– la compression améliore de manière importe la force et la puissance musculaire, confirmant les résultats de recherches précédentes, et ce spécialement de 24h à 72h après l’exercice,
– la compression peut être bénéfique à la récupération psychologique, indépendamment des mécanismes physiologiques.

Conclusion

L’usage de la compression en récupération n’améliore pas forcément les paramètres physiologiques, mais elle a un effet bénéfique sur la force et la puissance musculaire de 24 à 72h post exercice, ainsi que sur la récupération psychologique des athlètes.

Références

Marqués-Jiménez et al. Are compression garments effective for the recovery of exercise-induced muscle damage? A systematic review with meta-analysis. Physiology & Behavior 153 (2016) 133-148.

Laisser un commentaire