Compte rendu – La Viking 76

Dimanche 07 Octobre 2007 à Le Mesnil sous Jumièges (76)
Grand Parcours – 162km – 1245m de dénivelé – 550 partants

Viking 76 - Cyclosportive

Lever à 5h00 pour un départ en voiture prévu à 5h30 : dur après l’incroyable victoire de la France sur la Nouvelle Zélande à la Coupe du Monde de Rugby (3è mi-temps +++).

Brouillard super épais sur l’A13, je roule tranquille. Je suis scrupuleusement les instructions de mon GPS (IGN Evadeo, pas mal) qui me fait prendre une route qui plonge droit dans la Seine !
Sortie de la voiture dans la nuit et le brouillard (on voit à 10m), en fait il faut que je prenne le bac pour traverser, sinon détour de 40km pour trouver le premier pont.
Ambiance assez irréelle sur le bateau, je ne savais pas qu’en France au XXIè siècle il y avait encore un service public de bac pour traverser la Seine…

Le départ a lieu à la base de loisir, super flêchage, parking nickel, remise des dossards également, rien à redire. En plus le chronométrage se fait par puce électronique, que demander de plus ?

Sur la ligne c’est comme la semaine dernière, brouillard, froid, humidité.

Départ à 8h30 pétantes.

Comme d’habitude les premiers kilomètres se font à bloc. Le peloton explose en plusieurs groupes, mais avec le brouilard on n’y voit rien et bien que je sois remonté le plus vite possible quand je m’en rends compte (je suis parti dans les derniers) le mal est fait.

Je me retrouve dans un groupe d’une cinquantaine avec des coureurs du VC Rouen 76 qui ont l’air costauds. On se relaye avec eux et 3-4 autres gars et on part seuls dans la première côte, vers le km 18. Le compteur oscille par la suite entre 45 et 50 km/h, on remonte pas mal de monde.
Dans la côte du km 35 on laissse partir les rouennais qui sont une classe au dessus de nous mais on continue notre effort et finalement on rattrape un peloton d’une centaine au pied d’une bosse. Au sommet je décide de rester dans ce peloton qui semble avoir un bon rythme.
Je discute avec 2 coureurs que je trouve forts, ils me disent qu’ils sont triathlètes à l’entraînement pour un Ironman. Ils n’ont pas nagé avant la course mais après ils font un marathon… C’est l’hallu totale.

Les 100km suivants se font tranquillement, en queue de peloton pour éviter les chutes. Il y a plein de « cyclistes du dimanche » qui s’incrustent quand on les double et qui font quelques kms à bloc en balayant la route de droite à gauche et en donnant des coups de frein n’importe quand. Le pire, quand il y a un trou dans la route ils ne préviennent pas et l’évitent au dernier moment en faisant un écart d’un mètre !

Passé 120km les dernières côtes font la sélection et on se retrouve à 30 pour l’arrivée.

Bilan : 4h33
Très beau parcours avec routes belles et en bonne état. La campagne du Pays de Caux est très sympa pour le vélo. Super organisation, je crois que c’est tout simplement la mieux que j’ai faite.

Laisser un commentaire