Course 2 – La Ronde du Petit Sablé (72-Cyclo)

La Ronde du Petit Sablé 2008

Trophée Label d’Or FFC
Sablé sur Sarthe (72) – Samedi 05 Avril 2008
Grand Parcours 155km – Environ 520 partants – 1400m de dénivelé

Photo Cyclosportive La Ronde du Petit Sablé 2008

Remise des dossards sans souci, bonne surprise j’ai un dossard prioritaire ! Je ne sais pas trop pourquoi mais on ne va pas se plaindre, je peux m’échauffer correctement et me rendre dans le 1er sas, le luxe.
Le temps est correct, gris mais pas de pluie, environ 15° on va pouvoir courir en court. Je prends quand même mon imper, on ne sait jamais. Ayant habité dans la Sarthe, je me méfie du petit vent sur la ligne de départ, ça ne présage rien de bon.

Le départ est donné à l’heure, pour une fois je pars en tête. Premiers kilomètres neutralisés pour cause d’ilots directionnels, ça frotte pas mal, ça sent la chute.
J’ai décidé d’être prudent, je me retrouve vite en 100ème position dans le peloton. Je ne comprends pas les coureurs qui risquent de tomber pour remonter 3 places, on n’est pas au Tour de France !
Pour bien faire la première heure de course n’est pas sélective, aucun écrémage possible, ça devient de plus en plus dangereux, il y a des chutes. Le vent de côté n’aide pas, les bordures se multiplient, il y en a quelques uns qui finissent dans le fossé.

Enfin au bout de 39 km on grimpe à bloc une côte sérieuse. En haut évidemment une cassure se forme, mais je n’étais plus assez bien placé. Je bouche le trou seul en 52×12, 400W et 50km/h au compteur, c’est bien pour le moral. C’est bon j’ai réussi à accrocher le premier groupe, on doit être 80 environ. Il n’y a que des coursiers, ça ne frotte plus, ouf !

Du 40ème au 80ème km les costauds flinguent devant, il y a plusieurs échappées, dont la plupart sont revues. Les bordures sont toujours aussi nombreuses, on passe les 3/4 du temps en file indienne dans le bas côté. Les routes sont granuleuses, les changements de direction sont incessants. Je ne compte plus les relances. Je passe bien les bosses, en moulinant (merci F. Grappe et les séances de Vélocité), mais sur le plat je suis moins bien, je n’ai jamais aimé les lignes droites en 52×12, c’est un truc de boeufs.

Dans une descente au km 83 il y a une méchante gamelle impliquant 6-7 gars, j’espère que personne n’a été sérieusement blessé.

Aujourd’hui j’essayais l’Isostar Long Energy. C’est plutôt pas mal, le goût n’est pas écoeurant et je n’ai pas eu de début de crampe malgré la bracasse.

Isostar Long Energy

Je pense que ce sera ma boisson officielle pour les cyclos 2008. Elle est plus énergétique que l’Isostar « normal » et les sources de glucides sont un mix de glucose et maltodextrines, donc elle doit être mieux adaptée aux efforts longs. En plus en boire un litre par heure apporte les 70g de glucides « réglementaires ».

Je discute avec un gars qui a un pédalier SRM, mais je laisse vite tomber car il a la grosse tête. Il est tout fier de me dire qu’il l’a payé 2400€, car c’est la version Pro en Compact. Je lui réponds que je n’ai pas les moyens et que je me suis rabattu sur un ergomo, c’est tout juste s’il ne me dit pas que c’est de la merde !

Finalement au km 127 on roulait toujours en file indienne ou en éventail selon le vent, avec un peloton limité à 40-50 unités, et mes jambes ont fini par dire stop en pleine ligne droite à 50 km/h…
J’apprendrai ensuite que c’était le peloton qui est arrivé pour la place de 13, dommage !
J’ai donc roulé 7-8 km tout seul avant de me faire doubler par un petit groupe avec qui j’ai refait 10 km avant de craquer à nouveau et de finir seul.

Dans la dernière côté à 5 km de l’arrivée je vois un coureur du petit parcours étalé sur la glissière de sécurité, qui relève la tête à mon passage. Je lui demande s’il a un souci mécanique et s’il veut de l’aide, il me répond à moitié comateux : « T’as pas quelque chose à manger plutôt ? ». En fait il est victime d’une énorme hypoglycémie, il tient à peine debout ! Du coup je fais demi tour et je lui donne ma barre de secours. Fallait voir sa tête, on aurait dit que je venais de lui donner 1 000 000 €…

Temps final : 4h24. Je pense avoir terminé dans les 100ème sur 520 (j’attends le classement officiel). Pas mal.
En tout cas excellente organisation, faudrait juste voir à mettre une côte dans les premiers kilomètres afin de casser le peloton et minimiser les risques.

Laisser un commentaire