Course 2009-6 : Raid Provence Extrême (13-Cyclisme Ultra)

Samedi 30 & Dimanche 31 Mai 2009
585km – 9000m de dénivelé
55 partants

Raid Provence Extrême 2009

Après des mois d’hésitation, une inscription tardive et des préparatifs un peu à la hâte, l’heure du Raid Provence Extrême a sonné!

 

Parcours Raid Provence Extrême 2009

Départ de la maison Jeudi 28 Mai en début de matinée pour la première partie de notre folle équipée en Provence : la traversée de la France du Nord au Sud en train, avec 20kgs de bagage et le vélo dans une housse… Une vraie partie de plaisir!
Arrivée le soir dans la région de Montpellier, car quitte à aller dans le sud on en a profité pour rendre visite à la famille.
Vendredi matin descente dans le supermarché Carrefour du coin pour aller chercher des munitions : 18L de Cristalline, 3L de San Pellegrino, mini canettes de Coca Cola, pain d’épice, bananes, Savane, saucisson, etc. Un vrai carnage dans le caddie.

Vendredi après midi, direction Saint Rémy de Provence. Accueil chaleureux de Patrick François et du reste de l’équipe d’organisation, puis vérifications techniques du vélo : éclairage, dispositifs réfléchissants, casque. Du basique, mais impératif pour la sécurité. Ouf rien n’a été abîmé pendant le transport.

RPE : vérifications techiniques

Les concurrents défilent un par un sur le parking écrasé par le soleil et la chaleur de Provence (34°!). Je vois passer un FKC, j’apprendrai par la suite qu’il s’agit de Pascal Bride, puis la famille Rico, toujours équipés de FKC, et quelques ultras accompagnés de leurs assistances.
Beau matériel, coureurs super affutés, tout d’un coup j’ai le trac. Avec seulement 8h30 pour ma plus longue sortie d’entrainement, je me dis que ça ne va jamais le faire pour environ 27h30…
Briefing d’avant course vers 18h30, Jean-Pascal Roux le régional de l’étape (il habite à Bédoin) pose des questions hyper pointues sur le road-book, du style « et à la Roque d’Anthéron au km522,8 on passe par la rue Gambetta ou pas ? ». Je me mets à stresser aussi à propos de mon GPS, va-t-il être à la hauteur ?
Bref ce n’est pas franchement confiant que je pars manger et dormir chez un oncle à mi-distance entre Saint Rémy et Bédoin.

Après un « petit » Pastis de bienvenue mes craintes s’estompent! Le journal La Provence a par coïncidence sorti le jour-même un hors série sur le Ventoux : mort de Simpson, étape du Tour 2009 et… le record du nombre de montées en 24h, justement détenu par JP Roux! Après un repas copieux et une bonne douche c’est la dernière nuit de sommeil avant le grand jour.

Samedi matin on arrive à Bédoin vers 8h30. Le départ est prévu à 9h30 sur le parking du magasin de cycles « La Route du Ventoux ».

Départ du Raid Provence Extrême 2009

De nombreux « concurrents » sont déjà là. On devrait plutôt dire « participants », car chacun est surtout venu pour une course contre lui-même. Vu la chaleur j’abandonne mon traditionnel maillot Assos noir pour un maillot Gruyère Cycling Tour blanc et je me tartine copieusement de crème solaire indice 30.

9h30, c’est l’heure du départ pour les Grands Randonneurs, dont je fais partie. Les Ultras quitteront Bédoin à 11h00. Jusqu’à Malaucène la course est neutralisée. L’occasion de faire connaissance avec quelques autres participants. La plupart ont déjà de l’expérience en terme de sport Ultra, aussi bien cyclisme que marathon ou trail. Les Rico sont là, discrets mais disponibles. Je n’ose pas trop les aborder et faire le gros lourd du style « je lis votre blog depuis longtemps, c’est magnifique ce que vous faites ». Plus tard j’aurai l’occasion de faire un bout de route avec eux!

Raid Provence Extrême : de Bédoin à Malaucène

Au pied du Ventoux, la course est lancée. Chacun monte à son rythme. Et justement le rythme des premiers est plutôt élevé ! Je ne cherche surtout pas à suivre, la route est longue. Au fur et à mesure on rattrape les derniers cyclos de la Ventoux-Beaume de Venise, organisation de Sport Communication qui a contraint le RPE à revoir au dernier moment son parcours et son horaire de départ…

Montée du Ventoux - Raid Provence Extrême 2009

Malgré mon objectif de prudence, je monte le Ventoux à 240W NP, bien au-delà du raisonnable…  Quelques nuages empêchent le soleil de nous griller après le Mont Serein, c’est parfait.

Mont Ventoux par Malaucène

Juste avant d’arriver au sommet je croise Hughes Rico qui après être parti devant a fait demi-tour pour attendre Madame qui est encore un peu plus bas. La classe.
Ensuite c’est la descente. Rapide jusqu’au Chalet Reynard, on se croirait sur une piste de bowling, le bitume est parfait, vive le Tour! Du Chalet Reynard à Sault c’est plutôt un faux plat descendant, mais avec les concurrents de la cyclo le vent de face n’est pas un problème.

Premier Point de Contrôle à Aurel, km63.
L’ouverture du film La Haine de Mathieu Kassovitz me trotte dans la tête : « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien ». Mais l’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ».
C’est exactement ça : Jusqu’ici tout va bien.
Les Grands Randonneurs ne sont pas soumis à la règle du non-drafting. Vu la tramontane je me dis qu’il serait bien de ne pas rouler tout seul jusqu’à Valensole, PC2 à 94km d’Aurel. Raté, les Rico se ravitaillent à la vitesse de l’éclair et repartent avec un 3ème participant. A la sortie du village j’ai 2’30 de retard, je ne les reverrai pas de sitôt.

RPE 2009

C’est le début d’un long raid solitaire avec soleil brulant, vent lyophilisant et champs de lavande à perte de vue. Je m’applique à ne pas dépasser trop fréquemment les 200W pour garder des forces pour la suite.

La traversée de Manosque est assez pénible, c’est le retour à la civilisation avec son flot de voitures. Je passe le seul feu rouge du parcours. Pas de chance il est vert, j’aurais bien voulu m’arrêter 30″ pour soufler un peu…
Après la traversée de la Durance le parcours emprunte le Ravin de Vallongue, environ 10km de lignes droites en faux plat montant avec vent de face. L’un des passages les plus durs de ce RPE, en tout cas moralement.

Raid Provence Extrême : ravitaillement à Valensole

Arrivée au PC2 à Valensole, km157. Je suis déjà un peu entamé par le Ventoux et les 4h que je viens de faire seul à lutter contre la tramontane. Baisse de moral interdite! Dorénavant mon seul but sera d’atteindre le PC suivant, puis le suivant, puis le suivant… jusqu’à l’arrivée. Simple, non?

Le secteur d’après nous mène à l’entrée des Gorges du Verdon. Les premiers Ultras me rattrapent. Je fais quelques kms à une dizaine de mètres de JP Roux (il nous est interdit de prendre leur roue) qui finit par me demander si je ne suis bien « qu’un GR ». Je le prends un peu mal sur le coup, mais  au final je pense que j’ai mal compris le sens de sa question.
Ensuite j’accompagne sans le savoir Dominique Briand pendant quelques kms. Il n’est pas en veine : il manque d’abord de se faire attaquer par un chien errant, puis se trompe de parcours à la sortie de Riez et bien que ma femme (qui était juste derrière en voiture) le lui signale il persiste dans son erreur !

Pour changer, il faut pédaler encore et toujours.

A Moustiers Sainte-Marie, porte d’entrée du Verdon, à proximité du Lac de Sainte-Croix, on improvise un ravito « sauvage ». Je m’équipe pour la nuit, mais dans la précipitation j’oublie mes genouillères dans la voiture.

RPE - Moustiers Sainte Marie

Ensuite c’est la montée vers Aiguines puis le Col d’Illoire, 12km à 6%. Le PC3 marque l’entrée dans les Gorges du Verdon. Pour le moment je suis 19ème au scratch. Pas si mal.
Joachim Garreau me double avec un petit mot d’encouragement peu avant le sommet du Col. Sympa.

Ponts de Soleils
Source : http://www.robsphotographyservices.com/images%20full%20size/France/Pont%20de%20Soleils.jpg

Les 75km dans le Verdon sont somptueux. J’atteins le début de la Route des Crêtes à la tombée de la nuit, ça commence à être vraiment dur. L’avantage de l’obscurité c’est qu’on ne voit pas où on monte, donc ce qu’il reste à grimper. Pas de problème de moral! L’ascension du Belvédère de la Maline me semble interminable : 36′ pour 6km…

En haut je fais une rencontre surréaliste, un des moments les plus étonnants de ce RPE. Les Rico sont arrêtés dans l’obscurité au milieu de la route, gilets fluos, lumières allumées, gants longs, genouillères, surchaussures. En passant je leur demande s’ils ont un problème, et Hughes me répond tout naturellement « Ah non non Laure a faim, elle mange son sandwich », voilà c’est tout, quoi de plus normal que de faire du vélo en pleine nuit dans les Gorges du Verdon, de s’arrêter au panorama qu’on ne peut pas voir puisqu’il fait noir, et de manger un casse-croûte après 13h de route!

Unlimited Miles - Hope Vision
Source : http://unlimitedmiles.canalblog.com/archives/2009/04/25/13505778.html

Cette apparition quasi mystique tombe à point nommé, je débute la descente prudemment, dépité par la faible qualité de mes lampes, lorsque Hughes Rico me double en trombe avec son système Hope Vision surpuissant. Quelques secondes plus tard, Laure me propose de me mettre dans sa roue pour faire la descente en bénéficiant de son éclairage… Nickel,  je fais une super descente sur La Palud sur Verdon, confortablement installé dans le sillage de Mme Rico, merci mille fois!

C’est le début des étranges rencontres de la nuit, quelques kilomètres avant le PC4 un lama apeuré par l’éblouissante lumière de la Rico family détale dans l’obscurité. Bizarre….

Raid Provence Extrême 2009

Arrivé au PC4 je décide m’octroyer un bon moment de repos et je laisse filer les Rico pour un bon bout de temps.
L’appétit revient, en discutant au ravito je m’aperçois que la chaleur de la journée à empêché tout le monde de s’alimenter correctement. Je ne suis pas le seul à avoir été victime de nausées après chaque prise de boisson ou d’aliments.Un bon café, un sandwich fromage et une demi banane plus tard, 30′ se sont écoulées lorsque je remonte sur le vélo. La pause a été bénéfique, le moral remonte, il n’y a que 49km jusqu’au PC5, à Valensole.
Je roule dans la nuit, passant le Col d’Ayens dans une sorte de douce euphorie nocturne. Le silence est assourdissant, le faible halo des lumières à quelques mètres de la roue avant rend grisant le défilé des pointillés de la route.

De retour à Valensole après une boucle de 173km, je savoure un moment de repos en dégustant un nouveau sandwich. Etonnant ce que 2 tranches de pain de mie et de mimolette peuvent paraître savoureux après 330km de route!

La mi-parcours est maintenant largement dépassée. Il ne reste plus qu’à filer vers Gréoux les Bains puis Cadarache, avec ses clôtures électriques, ses barbelés et ses miradors illuminés par la puissance de l’atome.

Peu après la traversée de la Durance, une nouvelle bifurcation à gauche nous conduit vers Beaumont de Pertuis, par une effroyable route au revêtement défoncé. Impossible de dépasser les 20km/h, ballotté dans tous les sens. Un calvaire long de 6km seulement, mais qui semble durer des heures. Peu après je manque de rouler sur un renard, mort au milieu de la route, chute assurée… Incroyable! Le sommeil m’envahit, je résiste tant bien que mal.

Nouveau moment d’anthologie à Céreste, où il ne fait plus que 8°C. Le ravito est impossible à trouver, j’écume le village vers 4h du matin avec 2 Ultras et leurs assistances, troublant les chats, habituels rois de la nuit. Un coup de téléphone plus tard, le PC6 se trouve en fait 3km plus loin.
Je suis frigorifié, l’assistance de Thierry Saint Léger me sauve la mise en me prêtant une veste, merci à eux.
J’ingurgite un triple café des familles avec Thomas Becarud, et c’est reparti pour un tour.

Gordes
Source : http://www.avignon-et-provence.com/provence/photos-provence/img/gordes-450.jpg

C’est le lever du jour, le PC7 se trouve au sommet de la côte de Sainte Anne,  à 111km et 2140m de dénivelé. Avancer devient de plus en plus dur, je me prends à rêver d’un  pain au chocolat aux amandes. La chasse à la boulangerie est ouverte!
Les vélos couchés me doublent puis s’arrêtent.
Le Col de Murs est redoutable, en fait il y a environ 10km d’ascension: une côte de 5km jusqu’au village, puis le col proprement dit. Après une courte descente sinueuse au revêtement en mauvais état, il faut enchaîner avec la Côte de Gordes qui finit de m’anéantir. Je me surprends à maudir les sadiques qui ont élaboré le parcours…
Je croise les Rico pour la dernière fois.
A Bonnieux je tombe enfin sur une boulangerie ouverte, les clients me regardent débouler comme un extra-terrestre à l’odeur fétide. Maintenant c’est sûr, je vais aller au bout!

Raid Provence Extrême 2009

Je fais l’approche de la Côte de Sainte-Anne avec Thierry Saint-Léger et Julian Einsenbeis, en non-drafting, pas question de tricher. Puis c’est cette nouvelle côte de folie, 2-3km « classiques » suivis de 500m à 21% de moyenne, le tout après 516km…

RPE - Côte de Sainte Anne

Il faut vraiment s’arracher pour arriver au sommet, le 34×26 semble subitement être un 53×12… En haut, c’est la délivrance, il ne reste plus que 75km avant l’arrivée. 510km ont déjà été parcourus.

J’avale les 48km jusqu’au PC8 de Mouriès (km564) dans l’euphorie la plus totale, malgré les lignes droites de plusieurs kms et la pluie qui vient de faire son apparition.

Raid Provence Extrême 2009

C’est le final, par les Baux de Provence puis la descente vers Saint-Rémy. Peu importent les hordes de touristes, le Graal est à portée de main.
Je passe la ligne en 29h35, 8ème au classement des Grands Randonneurs, 20ème au scratch. Epuisé mais heureux.

Arrivée Raid Provence Extrême 2009

La remise des prix a lieu à 18h30 autour d’une paëlla, c’est l’occasion pour chacun de partager ses anecdotes dans une atmosphère incroyablement conviviale. Dominique Briand vient nous remercier et s’excuser pour son erreur de parcours. Dans quelques jours, il part faire la RAAM en solo. Laurent Koskas nous raconte ses hallucinations pendant la nuit. Thierry Saint Léger et son assistance rigolent des errements nocturnes de Céreste et de l’épisode de la veste. Thomas Becarud est encore sous l’influence de son café qui réveillerait un mort.

RPE 2009 : remise des prix et classement

Classement final : 1. Franz Venier (21h26) 2. Jean-Pascal Roux 3. Pascal Bride

Un grand merci à l’organisation, sympathique et compétente. Bravo et longue vie à cette épreuve magique.
Remerciements à Marc Liaudon pour m’avoir envoyé quelques photos par email.

15 réflexions sur « Course 2009-6 : Raid Provence Extrême (13-Cyclisme Ultra) »

  1. bravo à vous aussi !
    votre expérience est une source de motivation pour effacer les traces de l’hiver et allonger les distances.
    la beauté des routes de provence doit compter aussi dans le plaisir de l’effort…

  2. Bonjour,

    Félicitations, je me souviens bien de toi et de ta voiture… Je me suis planté à Aiguines alors que je connais bien le parcours !!!! 1/2 heures de perdue… Mais tu étais en GR ou en Ultra ?

    Bonne continuation

    Michel

  3. Bonjour Benoit,

    c’est vrai que cette rencontre au début de la nuit dans les belvédères de la Maline était surréaliste.
    Je n’ai compris que bien longtemps après que tu étais l’auteur de ce blog.
    Je suis vraiment content que tu sois parvenus au bout du rpe, j’ai eu quelques scrupules lorsque nous sommes repartis sans toi à La Palud.

    Bonne récup à toi, bravo pour le récit tout en sobriété, j’apprécie. Et bonne continuation.

    Hugues

  4. Bonjour Benoit

    bravo à toi d’être allé au bout de ce RPE malgré ta petite préparation pour une si longue distance. ça a été sympa de faire ta connaissance, même si ce fut bref ! nous (j’inclus Hugues !) pourrons mettre un visage sur l’auteur de ce blog que nous consultons régulièrement.
    Bonne continuation, d’autres défis t’attendent 😉

    Laure

  5. Merci pour vos commentaires.

    Le RPE fut une grande expérience pour moi, et être allé au bout suffit à mon bonheur.

    Heureux entre autre d’avoir rencontré Dominique Briand et la Rico Family… Je suivrai votre aventure sur la RAAM !

  6. Chapeau bas Benoit, bravo pour ton organisation, ta prépa et ton résultat.
    Merci de nous avoir fait partager tout ça jusqu’a l’epilogue final!!
    Sinon je viens de voir que tu etais sur la TMMB 2009? Tu vas faire le 145 km ?
    Alban

  7. Salut,
    Finalement je vais quand même à la Time, car si le RPE s’est un peu décidé à la dernière minute, j’avais prévu depuis longtemps de prendre 2 jours de congé pour aller à Megève.
    Sauf problème en cours de parcours je compte faire le 145. Toi aussi ?
    @+

  8. HELLO BENOIT

    Bravo pour ton aventure RPE . C’ est toujours pour des néophytes comme toi et moi des moments inoubliables.
    Je connaissais un peu ton blog magnifique par Hugues qui m’ avais indiqué les formidables moments d’ evasions possibles à consulté ton site.
    Je vois en lisant tes dernier articles que les cyclosportives montagnes font aussi parti de tes passions .
    Que le Dossard 7 du rpe te porte chance sur le Time ce week-end et sur la Marmotte bientôt.
    La Marmotte est aussi pour moi toujours un grand moment . Ce n’ est pas toujorus facile depuis Mulhouse de venir si loin pour des cyclos mais ma derniére expérience de 2007 en 7h09 me laisse toujours dans ma mémoire de  » VieuxBridou » UN REGRET de ne pas avoir franhi la barre Mythique des 7h.
    En éspérant toujours que l’ on puisse progresser malgré dans les catégorie de + 50ans , en 2010 ce seras un de mes obljectifs premier de faire passser sous les 7 h.

    En attendant , au plaisir de te croiser un de ces quatres sur les routes de france et Bon COLS à TOI .

    Encore braco pour ton RPE et ton compte rendu de l’histoire vélo.

    Cordialement
    Pascal Bride

  9. Non, je serai sur le 118 km. Plutot que partir sur le 145 km et le geré car j’aurai pas la caisse pour le faire à fond tout le long, je prefere partir sur le 118 km et tout monter à 90%-95% de ftp. Mes dernieres sorties me permettent d’encaisser maintenant 2700 m de d+ à cette intensité sans trop baisser de régime. ET puis j’ai tjrs fait mes temps réference sur ce parcours, cette année c’est l’occasion de voir les progrès par rapport à 2007 ( 2008 fait avec ma femme) et l’interet de la gestion avec le wattmètre.

  10. Salut VieuxBridou,
    On n’a pas eu trop l’occasion de se parler sur le RPE, dommage.
    Félicitations pour ta 3ème place, Franz Venier est vraiment un extra-terrestre, et quand JP Roux m’a doublé (entre Valensole et Aiguines) j’ai vu qu’il jouait dans une autre catégorie…
    J’ai vu que tu as aussi un FKC, peux-tu me dire combien tu mesures ?
    @+

  11. Salut Alban,
    Si ça te dit je te propose de faire le parcours ensemble jusqu’au sommet du 1er Col des Saisies. Comme ça ensuite je poursuis sur le 145 et je pourrai vraiment tenter le « Death or Glory ».
    En tout cas tu vas voir le capteur de puissance révolutionne l’approche des cyclos de montagne, c’est génial.
    @+

  12. MErci pour ta proposition.Cela aurait été avec plaisir mais cette année j’ai la chance d’avoir un dossard prioritaire ( merci time). Je serai donc en tete de ligne assuré. Pour une fois pas la peine de venir à l’aube pour avoir une bonne place et fini les embouteillage dans les premiers lacets. Alors si tu es pas loin derriere les dossards priori pas de souci sinon désolé mais ça sera peut être à la marmotte si on est dans le même sas ( dossard 3054).
    Sinon oui toutes mes dernieres grosses sorties ont été géré avec le SRM et c’est clair que le gain en économie sur les fin de parcours est appréciable.
    A+
    Alban

Laisser un commentaire