Course 2010-03 Time Megève Mont-Blanc (74-Cyclo)

Dimanche 06 Juin 2010
115km – 2750D+
Environ 2200 partants

Time Megève Mont-Blanc
Départ vendredi après midi en direction des Alpes, route rythmée par les embouteillages à Paris et les camions des équipes Pro Tour qui se rendent au départ du Critérium du Dauphiné. Dans l’ordre: Saur Sojasun, Française des Jeux, Sky, Omega Pharma, Saxo Bank.

Camin Sky - Critérium du Dauphiné
Camion Saxo Bank sur l'A40

L’histoire ne dit pas si le vélo à moteur (?) de Cancellara se trouvait dedans…

Samedi matin, grasse matinée jusqu’à 9h, incroyable! J’enfourche mon vélo pour la traditionnelle sortie de rodage, de la machine et du coureur. Direction La Giettaz et le Col des Aravis pour une montée tranquille, 214W NP. La route est en mauvais état, ça promet pour la descente le lendemain…

La Giettaz - Source www.mairie-la-giettaz.fr
La Giettaz

Au sommet il fait beau et chaud, si le temps se maintient pas besoin de coupe vent pour la course.

L’après-midi expédition à Albertville au Vieux Campeur pour acheter un porte bébé de compét. pour la petite. Ses premières randos en montagne sont prévues pour début septembre…

Retrait du dossard au Palais des Sports de Megève en fin d’après-midi, moment de la rencontre annuelle avec Alban & Family. Il a encore un dossard protégé fourni par son magasin de vélo. Pas question de faire le départ ensemble donc. Et puis de toute façon il compte faire le parcours moyen à bloc, tandis que je vise plutôt le grand.

Palais des Sports de Megève
Palais des Sports de Megève

On traîne un peu sur le l’expo commerciale, en faisant du lèche vitrine du côté de chez Time qui expose sa gamme 2010. Les cadres sont étiquetés « Made in Europe » et plus « Made in France ». Bizarre? Les roues ont disparu mais les controversées pédales I-Clic sont en bonne place.
Après un détour chez Top Vélo (très sympa le type),  je me laisse convaincre d’accompagner Alban pour sa mini sortie d’avant course. Direction le Domaine d’Arbois à Megève, une côte sèche qui mène à l’altiport, 6km – 300D+. Il a l’air bien le bougre…

Dimanche matin je me rends au départ en vélo, j’en profite pour m’échauffer selon la méthode de Carmichaël et prendre place sur la ligne une quinzaine de minutes seulement avant le départ.

Départ
La course est lancée au son de Wagner et sa Chevauchée des Walkyries, suivi d’un bon vieux live de Daft Punk. Ça bastonne bien, rien de tel pour galvaniser les troupes! Comme d’habitude il y a de tout, du malade en vélo de ville au montagnard aguerri, bidons de thé et abricots secs…
Quelques mètres après la ligne un Trek Madone aux couleurs de Livestrong me double en trombe. Le gars fait le départ à fond, je me cale dans sa roue pour faire de la patinette, le compteur affiche souvent entre 45 et 55km/h jusqu’à Flumet. Du coup j’attaque les Aravis après 15 minutes de course seulement, 5 de moins qu’en 2009…

Col des Aravis

Col des Aravis
Col des Aravis

Comme d’habitude c’est le feu d’artifice. Tout le monde est à fond, ça double de tous les côtés. Même à 260W je suis parmi les plus lents…
Pas question de s’affoler, mieux vaut prendre le temps d’avaler un gel afin d’assurer des apports glucidiques corrects. Côté nutrition le plan est simple: un Gel Maxim (100g) au pied de chaque col, 750mL de boisson Maxim en cours de montée, une barre Gerblé Amande et un verre de Coca au sommet, soit 380+225+90+100=795kcal. Multiplié par 4 (Aravis, Croix Fry, Saisies 1 et 2) ça fait environ 3200 kcal pour une course de 6h, soit 530kcal/h. La dépense énergétique pour un effort à 225W de moyenne étant de 1000kcal/h environ (calculateur Livestrong, pour 70kg hors vélo), les besoins sont couverts à plus de 50%, ce qui n’est déjà pas si mal…
Sur le replat je remets le grand plateau pendant que la plupart ne pensent qu’à récupérer de l’effort précédent. Objectif: maintenir les W constants tout du long.
Après La Giettaz démarre la vraie ascension, 6,5km à 7%, pas de quoi faire peur… La forme n’est pas trop mal. Bien sûr c’est moins bien que l’année dernière où sortant du Raid Provence Extrême j’étais sur mon nuage.
Sommet atteint en 51 minutes à 258W NP et 81rpm avec une bonne augmentation de la cadence de pédalage par rapport à 2009, sans doute due au changement de cassette (utilisation fréquente du 34×27 au lieu du 34×26). VAM à 1050m/h après le replat. Rien de bien impressionnant comparé aux 1777m/h d’Ivan Basso sur le Monte Zoncolan au Giro… 6 minutes d’avance par rapport à 2009 quand même, ça commence bien.

Vue sur le mont Blanc depuis les Aravis
Mont Blanc

Premier ravitaillement avant d’attaquer la rapide descente vers Thônes et ses pointes de vitesse à environ 80km/h. Comme tous les ans l’organisation est parfaite et les bénévoles sympathiques. Pas comme certains concurrents…

Col de la Croix Fry
Première vraie montée de la Time, 11km à 6,8%.

Col de la Croix Fry
Col de la Croix Fry

L’heure de vérité approche…  Monter à la puissance prévue sans trop de mal et l’objectif peut être atteint. Avoir les jambes dures dès les premiers mètres et ce sera un long calvaire sur tout le reste du parcours!
Je suis bien content d’avoir pris mes Ksyrium et pas mes nouvelles Cosmics…
Passage au sommet en 2h07, 250W NP et 77rpm. VAM 1005m/h. Puissance en baisse par rapport à l’année dernière (260W), mais l’essentiel est préservé: pas de sur-régime, et j’ai toujours 2 minutes d’avance.
Nouvel arrêt au ravito, il faut recharger pour presque 2h…

Aravis 2, le retour
Dans ce sens , le col est anecdotique, avec à peine 3km d’ascension à 255W NP.

La descente est assez délicate, la route est en mauvais état, et les tunnels un peu acrobatiques pour qui ne prend pas garde à sa vitesse.
A Flumet le parcours continue quelques kilomètres dans les Gorges de l’Arly par la route d’Albertville, au lieu de remonter directement vers les Saisies.

La route est large et en assez bon état, les virages moins serrés, et pourtant c’est là qu’a lieu le drame. Un concurrent suisse bascule par dessus un muret et fait une chute mortelle d’une trentaine de mètres… L’horreur intégrale.
La polémique fait rage, sur Velo 101 notamment, alors que VeloVelo cherche une explication et des manquements au niveau des infrastructures. Sont mis en doute:
– les capacités cyclistes du concurrent: « encore un qui ne savait pas rouler », mais il s’agit d’un des 10ers du grand parcours, pas un cycliste du dimanche, et suisse qui plus est, donc familier de la montagne,
– les roues « inadaptées », le malheureux avait des Lightweight, ayant vu le vélo (intact!) posé contre le muret, je peux vous assurer qu’il n’y avait aucun souci,
– le bitume « désastreux », alors que c’est une portion où la route était très correcte,
– l’organisation, « qui aurait dû mettre des filets de protection à cet endroit précis », alors qu’il y avait au moins une centaine de virages plus dangereux,
– la DDE, « mettre un muret dans ce virage, c’est quasiment un meurtre ».
Je suis passé à l’endroit de l’accident une quinzaine de minutes après. J‘ai parlé avec l’organisation (un motard en pleurs), les gendarmes et un concurrent témoin (assis par terre en état de choc). J’ai vu les pompiers remonter du ravin avec la civière et surtout la housse… Comment peut-on raisonnablement chercher des responsabilités à un évènement aussi inexpliquable? La victime était chevronnée, le virage anodin, la route correcte, et c’est ce qui rend cette catastrophe d’autant plus horrible. Les justiciers du net feraient mieux de s’associer à la douleur des proches de cette personne, et chacun devrait garder à l’esprit qu’il faut rester humble à vélo, personne n’étant malheureusement à l’abri de la succession de petits évènements ayant conduit à l’issue fatale…

A chaud, j’ai traversé la zone avec quelques concurrents et nous sommes repartis en direction des Saisies, un peu tremblants, mais sans réaliser. Après quelques centaines de mètres de montées, le type qui m’accompagnait a dû s’arrêter pour pleurer. Toujours complètement à l’ouest, j’ai continué à pédaler, un peu en apesanteur… Avant de mettre ça de côté et de reprendre la course de plus belle, sans doute un genre de protection automatique activée par le cerveau?? Non non il ne s’est rien passé, t’as rien vu, pédale!

C’est au sommet du Col des Saisies (3h57, 245W NP, 950m/h), quand un bénévole m’a barré la route du 145km, que j’ai un peu compris, mais pas encore complètement: ça ne m’a pas empêché d’entamer la descente presque comme si de rien était…

Le retour sur Megève fut une formalité accomplie à 280-300W avec un peloton d’une quinzaine dans la roue. Qu’importe!

Ligne d’arrivée franchie en 4h29, 4h39 temps organisation. L’ambiance est glauque à Megève.

4 réflexions sur « Course 2010-03 Time Megève Mont-Blanc (74-Cyclo) »

  1. Beau CR !! Tu prendras ta revanche l’année prochaine. Il y aura pas une maison à construire, un bébé tout frais à pouponner et peut être un hiver moins sibérien permettant d’engendrer plus de TSS!
    Tout à fait d’accord avec toi concernant les polémiques des forums….c’est facile de refaire le monde après coup. La fatalité est en cause aussi, il y a pas que sur cette course où les risques sont présent..par rapport aux 140000 participants par ans aux cyclos c’est tombé sur la TIME cette année…à un des endroits ou la route etait des meilleurs en plus…

  2. Il y a des bonnes chances que je vienne en famille… On irait en Suisse du 29/08 au 04/09, puis dans les Vosges jusqu’au 09/09. Je suis en train de regarder pour l’hébergement dans le coin de Thann…
    Comme d’hab tu fais le petit parcours?

Laisser un commentaire