Course 2011-05 La Marmotte

Samedi 02 Juillet 2011
Trophée Label d’Or FFC
174km – 4900D+
7000 partants

logo cyclosportive la marmotte

On y est, c’est aujourd’hui le Graal, la course tant décriée mais si fascinante que chaque année plus de 7000 cyclos venus du monde entier sont au départ. 174km, 4 cols, près de 5000m D+, un parcours dantesque et des paysages somptueux. LA cyclosportive.
Après un hiver studieux ma préparation a été fortement perturbée dès le mois de Mai avec presque 3 semaines d’arrêt forcé et au total seulement 2 séances de 6h ou plus. Un peu juste pour envisager une performance sur La Marmotte, d’autant plus que la Time ne m’a pas spécialement rassuré, avec une prestation sans étincelles.

Alpe d'Huez
Alpe d'Huez

Sur le vélo à 6h50, il ne fait que 6°C à l’Alpe d’Huez. La descente vers le départ à Bourg d’Oisans s’annonce glaciale… Cette année je pars dans la 2ème vague, finalement ce n’est pas mal car ça permet de gagner 1/2h de sommeil. De  toute façon il est inutile d’essayer d’accrocher la roue des meilleurs…

7h30, c’est parti pour une nouvelle grande journée de vélo!  Le plat jusqu’à Rochetaillée puis le pied du Barrage du Verney permet de se mettre en jambes tranquillement. L’ambiance est bon enfant, chacun adopte son rythme de croisière, j’en profite pour prendre les roues de ceux qui roulent vite. Pas question de prendre du vent sur le plat, mais pas question non plus de partir dans un faux rythme: les minutes sont assez difficiles à gagner comme ça dans les montées, il ne faut pas en perdre dans les vallées… C’est ma 5ème Marmotte, avec l’expérience la question n’est plus de savoir si je vais terminer, mais plutôt de savoir si je vais battre mon record, et de combien!

Au pied du Col du Glandon (1924m – 21km – 1200D+), premier arrêt pour enlever le coupe vent et faire pipi. Et oui, ça fait toujours ça de moins à hisser jusqu’au sommet!

Barrage de Grand Maison
Barrage de Grand Maison

Avec les années il est de plus en plus facile de partir doucement dans le Glandon. Les premières fois ça m’énervait toujours de me faire doubler par les papis de 70 ans et les obèses. Maintenant ça me fait plutôt sourire. Dès le Barrage de Grand Maison ils sont à l’agonie sur leur 39×23…
34×26 ou 34×29 par moment et 250W max au SRM, chaque W supplémentaire se paiera dans l’Alpe! A l’aise sur le vélo, les jambes répondent bien, je gère tranquillement la montée en profitant au maximum des 2 petites descentes et du replat pour récupérer. Sur le haut il y a de plus en plus de ravitos privés organisés par les agences de voyage spéciales hollandais ou danois. Au début je trouvais ça pas trop fair play, mais finalement ça permet de désengorger les piteux ravitaillements made in Sportcom, donc ce n’est pas plus mal.
Je bascule au sommet en 1h52, 1min de moins qu’en 2009, à 245W NP. Jusqu’ici tout va bien

Depuis l’année dernière la descente est neutralisée, à savoir que le chrono est arrêté jusqu’en bas de la descente. Bonne idée, il y a moins de kamikazes, et aussi il y a plus de signaleurs dans les virages dangereux. Comme il est assez rare que Sportcom fasse quelque chose de bien question organisation, il faut le signaler. Tout au long du parcours les gendarmes sont omniprésents, aux carrefours ou à moto, améliorant la sécurité.
+1 pour Sportcom et les forces de l’ordre.

Arrivé dans la Vallée de la Maurienne, une seule préoccupation: chopper un petit peloton de motos hollandaises pour rallier rapidement Saint-Michel de Maurienne. Coup de chance, le groupe se constitue très rapidement sous mon impulsion, on fera toute la vallée sur un bon rythme mais sans dépenser trop d’énergie. J’ai un point de repère pour évaluer ma forme du jour: 3-4km après le début du plat il y a 1 côte de 500-600m le long de l’A43. 2 possibilités: soit tu te mets en danseuse et les jambes te brûlent, c’est mal barré, soit ça passe tout seul et il y a de l’espoir pour la suite. Cette année ça va le faire!

Saint-Michel de Maurienne
Saint-Michel de Maurienne

Saint-Michel de Maurienne, fin de la récré. Après 3h05 il est temps d’attaquer le Col du Télégraphe (1566m – 10,7km – 760D+). 1 ou 2km me sont toujours nécessaires pour me mettre dans le rythme. Après, c’est du gâteau: pente régulière à 7-8%, revêtement nickel.

Lacet dans le Télégraphe
Lacet dans le Télégraphe

La montée est à moitié ombragée, les lacets s’enchaînent. Sur le haut le paysage est vertigineux, on peut voir l’autoroute 700m plus bas.

Vallée de la Maurienne
Vallée de la Maurienne

Au sommet je suis encore frais, jusqu’ici tout va bien. A 243W NP, personne ne m’a doublé dans la montée, et ça c’est bon pour le moral.

La descente jusqu’à Valloire est anecdotique, il faut enchaîner directement sur le Col du Galibier (2646m – 17km – 1200D+). Premier vrai arrêt au ravitaillement à la sortie du village. C’est de pire en pire, il n’y a même plus de Coca, juste un pauvre sirop tellement dilué qu’on n’en sent même pas le goût! Merci Sportcom

Plan Lachat
Plan Lachat

Jusqu’à Plan Lachat la montée est assez facile, puis passé 2000m ça se corse pas mal avec plus de 9% de moyenne jusqu’au sommet. On entre en Haute Montagne, le paysage devient lunaire. Respect…

Galibier
2000m: changement de monde

2000m ça doit constituer la barrière au delà de laquelle quelque chose se dérègle dans mon métabolisme: 20W perdus d’un coup! Pourtant je me sens vraiment bien , mais d’un coup j’avance beaucoup moins vite. Pour les autres ça a l’air encore pire, donc je garde le moral. Arrivé au tunnel, il reste encore 1km à 10%, celui-là c’est le meilleur. Quand je pense qu’à l’Etape du Tour ils ne vont pas l’emprunter, c’est dommage…

Sommet du Col du Galibier
Sommet du Col du Galibier

Je bascule en 5h24 (225W NP), en avance par rapport à mon meilleur temps. Yes! J’ai fléchi au delà des 2000m d’altitude, mais mon niveau de lucidité est bien supérieur à mes Marmottes précédentes. Jusqu’ici tout va bien…

A venir le tronçon le plus pénible, avec l’interminable descente vers Bourg d’Oisans via le Col du Lautaret.

Parc National des Ecrins
Parc National des Ecrins

Au début c’est une vraie descente pendant 8km, puis un long faux plat les 35 suivants. En plus on a un vent de face super violent, et croyez-moi quand je dis ça j’habite dans une région où il y a 365j de vent/an… Rapidement un gars me double comme une fusée, je prends son sillage, mais mon 51×12 est un peu juste, je vais avoir du mal à le relayer. On reprend des petits groupes petit à petit mais personne ne veut trop rouler.

Entre le Col du Lautaret et La Meije
Entre le Col du Lautaret et La Meije

Du coup on se retrouve à faire le travail à 2 ou 3 pour un peloton d’une vingtaine, agrippés au guidon dans les bourrasques et l’obscurité des tunnels. Pas moyen de manger ni de boire… Pas bon ça!

Barrage du Chambon
Barrage du Chambon

Au Barrage du Chambon les jambes répondent toujours bien, je commence à m’imaginer en train de claquer un 7h30 au sommet de l’Alpe. Je passe la côte qui me tue habituellement sans encombre et je continue à prendre des bons relais sur le replat avant d’arriver à Bourg d’Oisans.

Vallée de Bourg d'Oisans
Vallée de Bourg d'Oisans

6h25, plus que 14km avant l’arrivée! Jusque ici tout va bien…
Nouvel arrêt au ravito, toujours aussi pauvre, et c’est parti pour la grimpée de l’Alpe d’Huez (1860m – 14km -1100D+). La première rampe est toujours aussi terrible, mais comment font les pros pour avoir besoin de freiner dans la 1ère épingle à cheveux??

Alpe d'Huez: virage 21
Alpe d'Huez: virage 21

Bon ben là il n’y a pas photo, je n’avance plus, panne sèche. Je m’arrache en me disant qu’après La Garde la pente est moins élevée, mais arrivé là-haut, je suis encore plus collé… Longue agonie avec l’hypoglycémie la plus magistrale de ma carrière… Je n’ai rien avalé de concret depuis Plan Lachat, erreur fatale!

Entrée dans l'Alpe d'Huez
Entrée dans l'Alpe d'Huez

Chaque tour de pédale dure une éternité, vue scintillante, mon cerveau est déconnecté. J’ai beau manger tout ce qu’il me reste, c’est trop tard… 1h21 pour arriver en haut, plus mauvais temps de tous les temps! Et seulement 199W NP, encore plus mauvais que ma dernière heure la semaine dernière dans la canicule…

L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage.
7h46. Envolés les espoirs de 7h30…
Malgré tout je bats mon record de 5min, mais quel gâchis après avoir été super jusqu’au pied de l’Alpe… Comme chaque année la conclusion s’impose d’elle même: Il faudra absolument revenir dans un an, je suis sûr que je peux faire mieux!

C’est ça qui rend La Marmotte unique: quelques heures seulement après voir enduré la pire souffrance dans l’Alpe d’Huez, je fais déjà des plans pour l’année d’après!

7 réflexions au sujet de « Course 2011-05 La Marmotte »

  1. Salut, bravo pour ton meilleur temps, je suis ton site depuis pas mal de temps et c’est la 1ere fois que je mets un commentaire.
    j’ai fais moi aussi ma 5e marmotte cette année, et je suis le plus heureux des hommes, car j’ai enfin explosé mon record perso datant de 2008 (8h43, donc je ne risque pas de te faire de la concurrence!).
    comme toi, je pense à chaque fois je peux faire mieux, car je perds vraiment trop de temps dans les descentes (j’ai un cadre pas vraiment adapté à ma taille particulière, 1.85m et EJ 93.5cm!, je vais en changer cet hiver.) et avec l’alimentation aussi (je devrais suivre un plan diététique perso, j’ai du mal à être vraiment maigre quand il le faudrait)
    en tous cas, je trouve les participants bien plus disciplinés que ces dernières années, aucun ne m’a doublé en descente par ma droite, pas trop de fous furieux).
    et merci encore pour ton blog, je prends toujours plaisir à le lire tant il est bien fait. merci aussi pour avoir publié une année tes temps de passage pour la marmotte, il m’a servi de base vraiment précieuse pour mon propre timing.
    pas croyable quand même qu’il y ait aussi peu de français, par contre, je trouve qu’il y a de plus en plus de féminines, et ça c’est vraiment cool!

  2. Salut Benoit,

    C’est toujours avec plaisir que je parcours tes CRs.
    Dommage pour cet hypo en fin de parcours, mais je me rends compte combien ca doit être difficile de bien gérer l’alimentation sur des parcours de +7h et avec ce cumul de dénivelé. Tu ne te fais pas un bilan calorique sur le minimum à ingurgiter et un tableau de marche à respecter. Moi qui est tendance déjà à m’oublier sur des petites épreuves de 3h, ca peut donner des grosses défaillances … Tu le dis dans le CR : rien de solide depuis Plan Lachat. Ton total affiche 5500kCal depensés , qu’est-ce que tu as concommés en cours de route ?
    A+ Olivier.

  3. Salut Benoit,

    Belle Marmotte si on zap l’alpe !!. C’est bien rageant une hypo à ce moment là. Tu as effectivement préparé le terrain avec cette descente si longue et pénible. Il faut je pense bien se gaver au sommet du Galibier car ensuite tu as une bonne heure pour te refaire des réserves. Le vent de face et la tête de ton groupe n’ont pas fait de cadeau ! Aller pour te motiver ( ou se démotiver) je te donne les temps de passage de Rodolphe ( 62/63kg) : Glandon 1h30 -22km200 @295 wNP; télégraphe 3h14- 13km700@270 wNP, galibier 4h 32 -13km400@240 WNP, alpe 6h37-59 min@237 wNP. Total 175km@250wNP-212 w moy. Comme c’est sur une roue powertap ajoute 10 w s’il avait roulé avec un SRM.
    A+
    Alban

  4. Bravo à toi!
    Un récit très sympa qui donne envie.
    Comme le collègue qui a laissé un commentaire plus haut, je te suis un peu ici et sur Twitter et je commente pour la première fois.
    Mon week-end a été un peu plus ordinaire et j’ai eu moins loin pour me rendre sur une rando sportive. La journée du Champion organisée dans le village voisin du mien, la commune de J. Anquetil. Je suis normand tout comme toi mais de seine-maritime…
    A bientôt!

  5. Bonjour Benoît!

    Moi aussi je lis ton blog depuis 4 ans que j ‘ai commencé le triathlon et donc le vélo. Cette année, première Marmotte en 8h22, 7h44 sans la descente… Toujours un plaisir de lire ton CR.
    Sinon Laurent, je fais aussi 1m85 et j’ai aussi une grande taille d’entrejambe, tu vas prendre quoi comme nouveau vélo??

  6. @ Duzan:
    mon choix va se porter sur un cadre Giant ou un Canyon, car ce sont les 2 seuls gros fabricants qui proposent un large éventail de taille.
    Petit avantage pour Giant peut etre, car mon VTT est un Giant, un NRS taille XL.
    Mon Scott CR1 (t58) est très bien, mais je sens bien que mon centre de gravité est trop haut, il me faudrait un vélo plus long et plus stable en descente. le problème se fait surtout sentir lorsque la descente est pentue.
    Pour la petite histoire, le précédent proprio de mon Scott faisait 1.86m, mais sa sortie de tige de selle était 3.5cm plus basse!

  7. Hello Benoit

    Beau chrono ……même si ta montée de l’ Alpe pouvait être plus rapide à ton goût , la Marmotte est bine comme tu le dis, une épreuve à part et ultra exigeante vu son profil ..
    Bon , pas pu être présent sur la ligne , pour moi , à mon grand désespoir …. ce seras pour 2012 …En attendant , le départ des 600 km du REV dans quelques jours pour moi, serait raiv de te croiser un de ces jours sur le vélo dans une aventure commune ..
    Génial ton reportage Marmotte …….

    Encore Bravo pour ta course.

    PASCAL

Laisser un commentaire