Course 5 – La Blé d’Or (28-Cyclo)

Dimanche 04 Mai 2008 – Lèves (28)
Grand parcours 164km – Environ 400 partants

Trophée Label d’Or FFC 2008

Nuit à l’hôtel Première Classe de Dreux : WiFi gratuit qui marche vraiment !

Arrivée à Lèves à 7h45 pour le retrait des dossards, le ciel est bleu et il fait déjà doux. Cuissard court sans huile chauffante et maillot court : c’est la première fois de l’année. Connaissant le parcours, j’applique mon plan et je pars m’échauffer sérieusement.

Départ par sas de 50 coureurs environ, je suis aux 2/3 du peloton. Les 500 premiers mètres jusqu’au pied de la bosse sont parcourus au sprint, virage à droite à angle droit, et hop c’est parti : 2′ à 325W de moyenne. Allure rapide, je remonte mais je ne me mets pas dans le rouge car je sais qu’en haut il y a un faux plat et que ça va rouler à bloc. C’est effectivement ce qui se produit, il y a déjà une cassure juste devant moi, on bouche le trou à 3 « facilement » (52×14 – 320W – 4′). Ceux qui sont derrière ne reverront plus la tête…
Comme c’est sinueux et que le ménage est fait ça ne frotte quasiment pas, pour une fois il n’y a aucune chute. La première heure s’effectue à un bon rythme (200W), c’est assez plat et il y a peu de vent.
Les jambes sont bonnes, et contrairement à La Côte Picarde et à La Ronde du Petit Sablé je ne ressens pas de manque de force dans les nombreuses relances et les bouts en 52×12. Ma dernière séance de Force sous max sur home trainer me l’avais laissé présager, j’avais développé en moyenne 15W de plus dans mes séries (290W contre 275 précédemment). Décidément la semaine de semi-repos m’a bien réussi, la surcompensation a été impressionnante…
Au bout d’1h30 on est encore à 39km/h de moyenne, ça devient plus vallonné, je remonte.
Les choses sérieuses commencent juste après, 300m de dénivelé en 30′, pas mal pour de la « plaine ». Il y a plusieurs côtes entrecoupées de descentes, des vraies montagnes russes. Je commence à me sentir vraiment bien, et je monte toujours en moulinant à 90rpm à environ 300W de moyenne. L’écrémage continue, on n’est plus qu’une soixantaine. J’ai vraiment des super sensations.
Au km 78, je manque de chuter à cause d’un type qui a déraillé en repassant le petit plateau. Je dois mettre pied à terre dans le fossé et regarder passer le groupe… En redémarrant sur-motivé j’entends un gros CLAC, et hop ma chaîne cassée ! M…. c’est la deuxième fois en 10 mois, alors que ça ne m’était jamais arrivé en 15 ans…
Contrairement au Gruyère Cycling Tour j’ai un petit dérive chaine, ce qui me permet de réparer dans le milieu de la côte en regardant passer les attardés, les écarts sont déjà importants. Je finis par arriver à refermer ma chaîne, mais avec mon outil de fortune j’ai créé un « semi » point dur, ça craque quand je pédale. Du coup je décide d’abandonner et de rentrer à Chartres en moulinant pour ne pas casser mon dérailleur, 40km.

Je suis super déçu d’avoir encore connu un problème mécanique (ça n’arrive jamais à l’entrainement), mais j’ai de l’espoir pour la Time et la Marmotte, car j’étais vraiment à l’aise dans le groupe de tête.
Sinon le parcours est vraiment très sympa, l’organisation est bonne, et un motard m’a proposé de me dépanner.
Parmi les divers cadeaux liés à l’engagement, il y avait un petit sachet de Go Drink, une boisson isotonique avec maltodextrines et tout. C’est bien, comme c’est une dose pour un bidon je pourrais le prendre dans une poche pour la Time pour quand j’aurais bu mes 2L d’Isostar Long Energy.

Laisser un commentaire