Course 8 – La Marmotte (38-Cyclosportive)

Samedi 05 Juillet 2008 – Bourg d’Oisans (38)
174km – 7300 partants
4850m de dénivelé

Arrivée vendredi après midi sur place, après une équipée de 8h de voiture pour arriver depuis Paris… Décidément ça se présente mal, à cause du boulot je n’ai pas pu rouler depuis le 24/06 : 100h de travail en 10j… 4 séances de home trainer ce n’est tout de même pas pareil.

Alpe d’Huez

Sortie de décrassage avec montée de l’Alpe d’Huez tranquille pour aller chercher ma plaque de cadre et ma puce (194W), en haut c’est la Fête du Slip comme d’habitude. Vu que je suis super en retard je redescends direct sans faire un tour par l’expo commerciale. Les sensations ne sont pas terribles, en montant sur le vélo mes jambes ressemblent plus à des poteaux qu’autre chose, et les premiers coups de pédales sont tout sauf faciles. Vite à l’hôtel pour récupérer et mettre les jambes en l’air…

Samedi lever à 5h00, dur dur. En plus il n’y a pas un nuage dans le ciel, ça va être la cuisson assurée… Mes jambes ont dégonflé, c’est déjà ça.
Sur la ligne de départ, mon voisin est intrigué par mon Ergomo, on engage la conversation, en fait c’est un lecteur du blog ! On s’est perdus de vue au pied du Télégraphe, faudra que tu me donnes ton temps final…
Ceci dit je n’ai croisé qu’un seul capteur de puissance dans la journée, un Power Tap, mais le type était tellement à bloc qu’on n’a pas pu discuter. C’est assez décevant pour une course avec 7000 partants…

Finalement je franchis la ligne de départ vers 7h30, direction Rochetaillée, je ne me suis même pas échauffé donc je pars tranquille.

Après 12 minutes, c’est le virage à droite et le début de l’ascension du Col du Glandon.
Je m’arrête rapidement pour retirer mon coupe vent, ça roule assez fort. Je me tiens aux 215W que je m’étais fixés, à part les cyclos du dimanche je ne double personne. Après le Rivier d’Allemont les choses commencent à s’inverser, ceux qui sont partis trop fort marquent déjà le pas, mais pas moi : merci le capteur de puissance ! Je suis rassuré, les jambes ne sont pas mauvaises, même si je me sens moins bien qu’à la Time. Sur la deuxième partie du col, ma vitesse ascensionnelle est de 950m/h. Au total je monte le Glandon à 200W de moyenne, la faute aux replats et aux descentes sans doute.
Je passe au sommet en 1h54, 4′ de retard sur le tableau de marche.

La descente ne se passe pas trop mal, il y a moins de kamikazes que d’habitude, heureusement car les premiers kilomètres sont vraiment délicats.

Pour la vallée de la Maurienne, j’applique ma stratégie habituelle : bien au chaud dans un peloton de mobylettes hollandaises. Total : 41′ pour les 22km, pas d’effort inutile (157W).

A Saint Michel de Maurienne virage à angle droit et c’est parti pour le Col du Télégraphe. Je me sens déjà un peu fatigué, je sais que je suis en retard, et j’ai la (fausse) impression d’avoir perdu du temps dans la vallée, bref le moral est moyen. J’ai du mal à maintenir les 215W, des fois je suis à 240W, des fois à 190W sans arriver à rouler régulièrement. C’est le même syndrôme que dans le dernier col de la Time, pas terrible.
Malgré tout les jambes tournent bien dès les premiers hectomètres, 74rpm de moyenne sur l’ascension. Je grimpe à 940m/h et 203W de moyenne et je passe au sommet en 3h59, 2′ d’avance sur l’horaire. Finalement entre la vallée et le col j’ai repris 6′, le moral remonte.

Descente ultra courte jusqu’à Valloire et c’est le début du gros morceau, le Col du Galibier. Si on compte Télégraphe plus Galibier cela fait presque 35km d’ascension avec 5′ de récup’ au milieu…
Le premier kilomètre à la sortie de Valloire est décidément super difficile à négocier, ensuite ça va bien jusqu’au replat de Plan Lachat où les choses commencent à se corser. Les jambes sont toujours moyennes, je suis incapable de tenir une puissance fixe. Loin des 215W espérés, je monte le Galibier à 185W de moyenne seulement (845m/h)… Mais malgré tout je suis dans les temps au sommet : 5h31, où je fais une pause de 10′ pour soufler un peu, pour profiter du ravitaillement des Chasseurs Alpins (sandwichs au Beaufort, etc.) et du paysage, même si le Massif des Ecrins est masqué par les nuages.

Col du Galibier à la Marmotte 2008

Ensuite c’est la partie la plus désagréable : la descente vers le Col du Lautaret avec sa mauvaise chaussée puis la longue nationale vent de face vers Bourg d’Oisans avec ses tunnels super flippants.
Je roule à bloc avec 2-3 gars, on finit par former un gros peloton juste avant là côte du Barrage du Chambon où je déraille en repassant le petit plateau. Je finis seul, ça devient dur…

J’arrive au pied de la montée de l’Alpe d’Huez en 6h37, les 8h sont toujours possibles mais il va falloir se faire mal. La première rampe est infernale, avec ses passages à 15% (c’est l’ergomo qui le dit). Je tiens les 200W sur les 3 premiers kms, puis 185W sur les 5 suivants, et 170W sur les 6 derniers, il était temps que ça se termine !
Moyenne de l’Alpe : 180W

Au total je termine en 7h51, ce qui était inespéré en début de saison, mais je suis un peu déçu par les puissances développées dans les ascensions. Mes 10 derniers jours de préparation complètement foirés y sont sans doute pour beaucoup. Il faudra analyser tout ça une prochaine fois…

13 réflexions au sujet de « Course 8 – La Marmotte (38-Cyclosportive) »

  1. Salut,
    Bravo pour ta performance et pour la rapidité du compte-rendu.
    Pour ma part je n’ai pas monté l’Alpes. Je n’avais plus « le goût ».
    J’ai mis pied à terre à 500 m du sommet du Galibier. C’est la 1ère fois que ça m’arrive. Je suis passé au sommet en 6h.
    Je ferai mieux l’année prochaine (moins de poids, meilleur entraînement).
    En parlant de capteur de puissance, j’ai vu un SRM (j’ai pensé à toi).
    Si ça t’intéresse, mon voisin tient un blog avec beaucoup de sorties montagne (voiron.cyclosport.over-blog.com).
    C’est sympa d’avoir fait ta connaissance. Je suivrai tes « aventures ».
    A+

  2. Salut,

    Bravo pour avoir réalisé ton objectif même si la forme semblait être un peu inferieure qu’à la time!
    Pour ma premiere marmotte, j’ai eu la désagréable surprise d’être à l’ouest aussi question watts. Après ma derniere sortie vosgienne où j’avais maintenu sans mal 230 watts sur 3000 m de deni je pensais faire mieux que ça à la marmotte.
    Je suis donc parti dans les derniers vu mon dossard eleve. Mon plan de vol etait le tien. Je passe le glandon facilement en 1 h 53 à 203 watts de moyenne, comme toi donc. Sauf que je pers déja 6 min en faisant la queue au passage de controle puce ( trop de monde tous à pied). Arret ravito, bref 10 min s’envole. Descente ok, ensuite vallée de la maurienne où personne ne roule et c’est moi avec un gars qui me retrouve devant à relayer ( premiere erreur). 180 watts de moyenne. Montée du telegraphe à 208 watts mais je me rends bien compte que la forme n’est pas là, car effectivement dès que j’approche des 240 watts je relache vite. Je decide donc de m’arreter un bon moment au ravito de valloire pour faire le plein d’energie( 10 min). En repartant je sens tout de suite que ça va être dur, et j’ai du mal à depasser les 200 watts dès plan lachat. Là je commence à deriver dur et je m’arrete 3 fois dans la montée pour souffler 30 seconde.
    J’arrive au dessus à 188 watts de moyenne mais quelle misere. Je me demande si je ne vais pas abandonner…Un nouvel arrete de 10 min au galibier me permet de refaire quelques reserve et reprendre des forces et du moral dans la descente.Je decide donc de continuer. Après un dernier arrete de 5 min au ravito de bourg d’oisans j’attaque l’alpe plutot bien puisque je maintiens à ma grande surprise 230 watts jusqu’a la garde assez facilement.Puis la galere commence en quelques minutes les watts reparte et cela devient penible meme à 180 watts ( pourtant le coeur est à 150 puls mais ne veut plsu monter). Le sommet est une delivrance et je le monte donc à 185 watts. Je passe donc la ligne en 8 h 46 min. Dèçu mais vu le temps pris au ravito je pouvais pas esperer autrement!! Par contre j’ai 8 h 10 de temps sur le velo. Vu que l’on a dégagé les memes puissances ou presque et qu’on doit faire le meme poids ( 65 kg?) , j’ai du mal à comprendre comment tu es arrivé en 7 h 51 . C’est ton temps ou celui de l’organisation?
    A+
    Alban

  3. Bravo quand meme pour avoir termine…
    C’est clair qu’il vaut mieux s’economiser dans la vallee de la Maurienne, et dans la descente du Lautaret trouver un bon groupe.
    7h51 c’est mon temps compteur, mon temps officiel est de 8h13. Je trouve que le temps de l’organisation n’est pas tres representatif suite par exemple a l’embouteillage en haut du Glandon.

  4. j’ai une question concernant ton ergomo: quel dimension fait-il pour la longueur de l’axe de pedalier?
    Il y en a un a vendre à 411 euros sur un site avec ça comme caractéristique: Ergomo Pro Complete Power System- Brand New In Aluminium Carry Case

    Road BSC 102mm Square Taper English Thread

    C’est bon?
    Merci
    Alban

  5. MErci pour l’info, il me faut donc aussi un 108 mm.;Dommage c’est une offre boutique ebay d’australie mais les encheres ne sont pas terminés. C’est le coffret complet.

  6. mon cadre est un time. c’est donc un bsc. en fait la longueur de l’axe depends du plateau. L’offre complette ergomo + plateau pedalier ergomo fonctionne avec un 102 MM.

Laisser un commentaire