Port de Balès depuis Mauléon Barousse

La Lapébie 2014

Dimanche 07 Septembre
117kms – 2700D+
Environ 400 partants

La Lapébie24h à peine après un grand raid dans les Pyrénées (Pont d’Espagne, Tourmalet, Luz-Ardiden), je suis au départ de la Lapébie à Bagnères de Luchon.
La récupération a été courte, donc pour moi ce sera le parcours moyen avec le Col de Menté, le Col des Ares et le Port de Balès. L’avantage par rapport au grand parcours c’est qu’il n’y a quasiment pas de vallée entre les cols, ce qui épargne les longs faux-plats vent de face…

La météo est une nouvelle fois au rendez-vous, soleil et pas trop chaud. L’organisation est bien rodée, et l’épreuve a intégré cette année le Grand Trophée. Sans doute que ça leur fait un plus en notoriété, mais malgré tout la grande majorité des engagés sont des locaux. Et Sport Com’ n’apporte pas grand chose à l’organisation…

Pas de surprise sur le vélo à l’échauffement, les jambes sont encore dures de la veille! Comme il y a 20kms de faux plat descendant pour démarrer, je n’insiste pas trop.

Le départ réel est donné à la sortie de Bagnères de Luchon, ce qui n’empêche pas 2 chutes entre temps. Comme ça ne roule pas trop fort devant j’en profite pour remonter et me mettre en tête de peloton. Au final je ferai toute la vallée dans les 10 premiers, évitant les coups de freins… ou pire.

Le Col de Menté (1349m, 10km@8,5%) est la première ascension de la journée. Dès le pied ça fuse de tous les côtés. Les jambes se sont un peu décoincées avec ces premières 30min de course rythmées (45km/h de moyenne), mais pas de miracle le SRM plafonne entre 260 et 280W et beaucoup de monde me double.

La descente rapide sur une route en bon état me permet de récupérer, et un groupe de 10 se constitue pour le petit bout de vallée qui suit.

Le Col des Ares (797m, 6kms@5%) arrive peu après, je prends les commandes du groupe pour monter à mon rythme, aux alentours des 260W, ce qui m’évite de subir celui des autres…

Vu qu’hier mes réserves de glycogène ont été bien entamées j’essaie de soigner l’alimentation pour éviter de faire une bonne grosse hypoglycémie dans le dernier col. Gels, pâtes de fruit, pâtes d’amande, barres High5, tout y passe. A tel point que ça risque d’être un peu juste sur la fin.

Port de Balès depuis Mauléon BarousseAu pied du Port de Balès (1755m, 19kms@6,5%) je m’arrête donc quelques instants au ravito pour reprendre un peu de solide, sucré et salé. Les 7 premiers kms de faux plat me permettront de manger le  gros sandwich jambon-fromage en roulant tranquille!
Si on regarde les chiffres bruts, 6,5% ça ne paraît pas très impressionnant. Sauf qu’en fait les 12 derniers kms sont plus proches des 9% de moyenne, et qu’il y a une alternance de murs et de replats. Merci le 34×29, je n’ai jamais vu autant de cyclos à pied dans une montée!
La route forestière est en super état, et les paysages sur le haut sont magnifiques. Ajoutez à cela une circulation inexistante et vous obtiendrez un des plus beaux cols à ma connaissance!
Sur le haut ma glycémie diminue, heureusement à 4kms du sommet il y a un mini ravito, j’en profite pour manger les 3-4 pâtes de fruits qui me maintiendront en vie jusqu’à l’arrivée.

Sommet du Port de BalesIl ne reste plus qu’à descendre jusqu’à Bagnères de Luchon, sur une route toute neuve, de quoi bien se faire plaisir. Prudent sur la haut, je finis par prendre la roue d’un bon descendeur, mais dans le village de Saint Paul d’Oueil il fait un tout droit à 60km/h, et moi avec. Heureusement c’est dégagé devant et on peut récupérer la route en sautant un petit talus, à la Armstrong dans le Tour… Chute évitée de justesse et bon pic d’adrénaline!

Dans les derniers kilomètres le parcours passe à l’endroit ou Mickaël Rogers a crucifié je ne sais plus quel français pour la victoire d’étape cette année. C’est clair que vu le vent et la vitesse il ne fallait pas lui laisser 5m…

Ligne franchie aux alentours de la 100ème place, très honorable vu les circonstances!
Bonne surprise, le repas de l’arrivée est gargantuesque, et pas de self service, ici vous êtes placé par un maître d’hôtel et servi par une armée de serveurs! 1000 couverts, salade, cassoulet maison, fromage, glace, café, ça dépote!
Le meilleur repas post cyclo jamais vu, et le choc des cultures avec Sport Com’!

Laisser un commentaire