Virée en Vélib

Vélib

De passage à Paris aujourd’hui, l’envie d’une grande chevauchée en Vélib a été la plus forte. Par rapport à un bon vieux trajet en métro bondé à l’heure de pointe, avec plein de Grippe A partout, le choix n’a pas été difficile.
Abonnement 1 journée acheté, il n’y a plus qu’à choisir dans la file la meilleure monture. Vu le froid glacial il y a l’embarras du choix… Tant mieux car certains vélos font peine à voir: roues voilées, tiges de selle tordues, etc.
Quelques tours de roues suffisent pour jauger la bête, c’est un vrai tracteur. Poids sans doute supérieur à 12kg, grosse selle, pneus sous gonflés. Maniabilité ou plutôt instabilité au top, heureusement qu’il n’y a pas trop de descentes dans la capitale. Les freins sont corrects, le changement de vitesses aussi, même si les braquets sont assez déroutants. Il doit y avoir un genre de 34×29, 39×21 et 39×14. Impossible de dépasser les 50km/h en ville….
La circulation reste toujours un peu sportive, il faut savoir frotter. Pas étonnant qu’il y ait beaucoup d’accidents avec les 2 roues et des morts en Vélib! Mon passé de cycliste parisien refait surface assez vite, pas de souci.
Côté physique, la traversée de Paris s’apparente à un genre de séance de Fartlek, et hop un petit sprint pour se faufiler entre le bus et le scoot, et hop une petite poursuite pour dépasser le parigot qui se la pête sur son VTC Décathlon, etc.
Forcément, le paysage est au top: Boulevard Haussman, Opéra Garnier, rue de Rivoli, Pyramide du Louvres, Assemblée Nationale, Boul’ Mich’, Panthéon…
Au total 1h30 en 4 trajets par -6°C, grand beau temps. Sympa la journée.

Laisser un commentaire